Quelles sont les industries qui peuvent tirer profit des robots collaboratifs ?

Outre les industries traditionnelles de l’automobile et de la métallurgie, les cobots ouvrent des possibilités d’automatisation aux entreprises de nombreux secteurs.

Ces robots plus légers, flexibles et accessibles ont un éventail d’applications beaucoup plus large que les robots traditionnels. Et il serait dommage de ne pas les tester sur différents dispositifs de production et de recherche.

Voici les industries qui profiteront le plus de ces robots pour améliorer leur productivité et les conditions de travail de leurs employés.

L’automobile

Un cobot UR dans l’usine BMW


Depuis les années 1980, les constructeurs automobiles ont automatisé de manière intensive leurs usines de production. La plupart des entreprises automobiles comme Toyota, Hyundai, BMW utilisent déjà des robots industriels pour manipuler et peindre les pièces des voitures.

Mais alors que ces systèmes robotiques sont coûteux à développer, les cobots offrent aux constructeurs automobiles des opportunités pour automatiser d’autres applications industrielles. Grâce à leur facilité de déploiement et leur conception flexible, ces robots légers sont de plus en plus utilisés pour effectuer des tâches précises comme vérifier la qualité des produits et soulever, déplacer et saisir des objets lourds.

En travaillant aux côtés des ouvriers, ils accélèrent la production de voitures des équipementiers aux sous-traitants et la commercialisation de nouveaux prototypes.

L’électronique

Un cobot Franka Emika assemblant des pièces électroniques

La fabrication de composants électroniques a toujours été plus difficile à automatiser. Elle nécessite des opérations plus délicates et plus précises, comme le soudage de fils de contact. C’est pourquoi les robots industriels standards ne sont généralement d’aucune aide.

Les robots collaboratifs, cependant, sont devenus une alternative intéressante pour les fabricants de matériel informatique. Ils trouvent en eux une solution fiable pour augmenter leur production avec peu de défauts et leur rentabilité.

Des cobots bien programmés fournissent des mouvements précis et hautement répétables à moindre coût. En conséquence, la fabrication de pièces électronique est le deuxième marché le plus porteur pour les robots collaboratifs, avec près de 35 % d’approvisionnement total en parts de marché en 2018. Et ce n’est qu’un début.

L’agriculture

Un cobot Jaka cueillant des fruits

Implanter des robots dans les fermes est définitivement une nouvelle idée. Les agriculteurs ont toujours été réticents à l’automatisation robotique dans le semis des graines, l’arrosage et la cueillette des fruits. Ils estiment que les robots ne sont pas faciles à transporter et qu’ils nécessitent trop de compétences en ingénierie.

Mais des pays comme Singapour montrent la voie vers une agriculture urbaine non-intensive. Les fermes urbaines se servent notamment des membres délicats et efficaces des cobots pour planter et polliniser les fleurs. Ils ont également trouvé leur place dans les productions et les opérations laitières, en trayant les vaches à grande échelle. Ces robots emballent également les produits frais avec une facilité et une minutie incroyables.

À mesure que des cobots plus mobiles seront conçus, les agriculteurs adopteront sûrement ces solutions pour la production et la culture de masse. Certains sont déjà capables de couper l’herbe, de récolter les cultures et de broyer les céréales.

Un cobot mobile Toutilo pour semer et récolter

La santé et l’industrie pharmaceutique

Un cobot UR triant des médicaments

La santé et la pharmacie font partie des secteurs les plus avancés en matière d’automatisation des lignes de production, ce qui explique pourquoi ils attirent les innovations les plus avant-gardistes.

Il n’est donc pas surprenant que les entreprises pharmaceutiques aient été très promptes à adopter les cobots. Elles les utilisent pour des tâches telles que l’assemblage, l’emballage, la distribution de médicaments et la mise en rayon. Ces cobots remplacent les travailleurs aux mains stériles et stables dans des processus souvent sensibles et exigeants comme la production et le développement de médicaments.

Les entreprises de soins de santé se tournent également vers les cobots pour d’autres tâches plus techniques, comme le codage médical. Les normes doivent être précises, et les erreurs peuvent ralentir des procédures importantes – de la détection du cancer à la fourniture de soins en temps voulu.

Les cobots peuvent accomplir ces tâches de manière fiable. Ils sont si polyvalents qu’ils trouvent leur place dans des secteurs des soins de santé tels que les salles d’opération et les laboratoires dentaires. Pendant ce temps, la main-d’œuvre humaine peut consacrer du temps à des tâches plus utiles, comme les interactions avec les clients, ce qui se traduit par un meilleur service.

Le secteur de l’emballage

Un cobot Techman s’attelant à l’emballage

Alors que les entreprises s’efforcent de rester compétitives dans une économie mondialisée, l’emballage est devenu une partie intégrante des opérations de fabrication. Les fabricants ont de plus en plus besoin d’emballages et de palettes adaptés à leurs produits. Et les robots les y aident. En 2017, l’utilisation de robots dans l’emballage était estimée à 4,7 milliards de dollars. D’ici à 2025, le chiffre d’affaires mondial devrait atteindre 11,3 milliards de dollars.

Efficaces pour manipuler des articles délicats et aussi petits que des emballages d’œufs, les cobots sont idéaux pour augmenter la précision, l’efficacité et la qualité et réduire les blessures et les coûts des processus d’emballage. La dernière chose que les fabricants souhaitent est qu’un produit soit endommagé pendant l’expédition. En utilisant des cobots cela devient beaucoup moins possible.

L’industrie alimentaire

Un cobot Techman confectionnant des pâtisseries


Les force de travail de l’industrie alimentaire connaissent des accidents et des blessures fréquents. Outre l’exposition à des aliments chauds et à des produits chimiques, les travailleurs doivent manipuler des objets lourds, travailler dans des espaces confinés et des environnements très stressants. C’est pourquoi les entreprises de l’alimentation se tournent aussi vers la technologie robotique pour contribuer à atténuer certains risques humains auxquels leur secteur est confronté.

Les robots offrent une plus grande flexibilité aux usines de produits alimentaires et de boissons. Ils peuvent remplacer les travailleurs humains pour certaines tâches, comme le prélèvement et l’emballage, et libérer des travailleurs pour d’autres tâches, comme le contrôle de la qualité des échantillons. L’industrie agroalimentaire utilise déjà les cobots pour aider à accroître l’efficacité et à réduire les coûts.

Cette technologie devrait devenir encore plus répandue au cours des prochaines années. Dans un rapport de 2017, Technavio a prévu que le secteur mondial des cobots connaîtrait un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 40,2 % de 2017 à 2025, et que d’ici 2022, plus de 20 000 cobots seront installés dans l’industrie agroalimentaire.

La métallurgie

Un cobot UR soudant des pièces métalliques

Aujourd’hui, les entreprises de métallurgie connaissent déjà les avantages de l’automatisation de processus tels que le formage, le soudage, la finition, l’assemblage et l’usinage des métaux. Mais, au cours de la dernière décennie, les cobots ont permis aux entreprises de toutes tailles de profiter des avantages des robots à plus grande échelle.

Les cobots sont un véritable atout pour les entreprises de métallurgie qui cherchent à augmenter la vitesse de production, à améliorer la qualité et à réduire les coûts de main-d’œuvre. Ils sont particulièrement efficaces pour automatiser les processus qui nécessitent des mouvements manuels répétitifs, mais aussi dangereux et sales. Ils permettent aux entreprises métallurgiques de faire évoluer leur production et d’accroître leur rentabilité.

Par conséquent, si les cobots sont utilisés dans le secteur de la métallurgie depuis 2007, leur utilisation a considérablement augmenté ces dernières années. Selon une enquête du cabinet d’études IHS, plus de 100 000 cobots ont été installés dans la fabrication de métaux en 2015.

La recherche scientifique et l’éducation

Un cobot ABB aidant des chercheurs

Parmi toutes leurs missions, les robots et l’automatisation jouent de plus en plus un rôle important dans les laboratoires, qu’il s’agisse d’effectuer des travaux redondants ou complexes.

Un large éventail d’applications de recherche scientifique – de la chimie à la biomédecine et à la biologie- commence à utiliser les robots et l’automatisation pour des tâches qui étaient autrefois réservées aux humains. Les cobots peuvent s’occuper du tri et de l’étiquetage des tubes à essai, transporter des spécimens de laboratoire et mélanger des composés. En cela, ils accélèrent l’analyse des médicaments et la culture des cellules.

Une étude rapportée en 2016 par Grand View Research a estimé que le marché mondial de la robotique dans les laboratoires atteindra 1,9 milliard de dollars d’ici 2024, contre 1,2 milliard en 2016.

Mais les cobots deviennent également incontournables à des fins éducatives. En étant faciles à utiliser et sûrs pour les étudiants, ils sont un outil populaire dans les projets techniques et scientifiques en classe. Les cobots peuvent enseigner aux étudiants les précieuses compétences de l’automatisation et les aident à mettre en pratique des leçons et des connaissances sophistiquées.

La logistique et l’entreposage

Un cobot UR gèrant les stocks

Avec l’essor de la mondialisation, le commerce est devenu plus dynamique que jamais. Mais la chaîne d’approvisionnement est également devenue plus fragmentée et plus compliquée.

Alors qu’autrefois, un responsable de la chaîne d’approvisionnement ne pouvait compter que sur son expérience pour prédire la vitesse à laquelle ses produits voyagent d’un point à un autre, les opérations d’entreposage d’aujourd’hui nécessitent une optimisation constante.

Pour s’adapter au changement, les entrepôts utilisent de plus en plus de robots pour les opérations de prélèvement, d’emballage et d’expédition, ainsi que pour l’exécution des commandes et le réapprovisionnement. Mais si les robots et les logiciels permettent aux entrepôts d’être plus productifs, ils nécessitent également une planification sophistiquée de la logistique et du transport. En effet, le réseau de logistique doit relier les entrepôts et les détaillants aux clients de manière rapide et rentable.

Les entreprises de logistique se tournent donc vers les robots pour automatiser les activités de l’entrepôt avec plus de polyvalence. Les travailleurs peuvent programmer très facilement les cobots pour de nouvelles tâches et leur faire traiter des tâches dans des délais serrés. C’est pour cette raison que les entreprises de logistique les adoptent de plus en plus.

L’industrie du meuble et d’équipement

Un cobot UR aidant au ponçage de meubles

Dans le secteur de l’équipement, il existe déjà des milliers de variantes de meubles, chacune nécessitant des processus différents. Et ce besoin de personnalisation n’est qu’un début.

En raison de cette nature même, la fabrication de meubles nécessite une grande quantité de main-d’œuvre et est très sensible aux erreurs humaines. Parallèlement, il est devenu de plus en plus difficile d’attirer et de garder les travailleurs. L’industrie du meuble est donc actuellement mûre pour l’automatisation.

Les robots sont en effet plus rapides et plus réguliers. Ils peuvent accomplir des tâches complexes en une fraction du temps. Mais, lorsqu’il s’agit de manipuler des meubles, le robot doit être programmé pour prendre des positions spécifiques, ainsi que pour gérer une variété de points de pression. En outre, le robot doit être capable de naviguer autour des meubles, ce qui signifie qu’il doit avoir une bonne vision.

C’est pourquoi les cobots sont devenus un choix populaire parmi les fabricants de meubles. Plus petits et moins chers, ils réduisent les coûts de production, les erreurs humaines et augmentent l’efficacité des usines.

Vous voulez avoir plus d'informations et données pour choisir votre robot collaboratif ?

Don’t Stop Here

More To Explore